Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Monblôg


Monblôg aime qu'on lui flatte les flancs mais aussi qu'on lui corrige l'orthographe, qu'on lui fasse des compliments, des gouzis-gouzas ou qu'on lui offre des dessins.
Attention : ça reste une bête sauvage !
Dessin de SAD.

Inspired by...






La Boule d’Awhan, vous connaissez ?

Non, ce n’est ni du vin ni du fromage…

 

C’est un monde qui s’étiole mais qui demeurera éternel grâce à la plume d’un chroniqueur farfelu, Lug-Uleth Darkhaz (dit Lud) protégé dans ses pérégrinations par Monblôg le gardien du grimoire. Un univers que je vous laisse découvrir à votre guise.

 

Bonne lecture !

 

12 février 2009 4 12 /02 /février /2009 02:35

Sur la Boule, c’est souvent trop cher de bien manger et les mets exquis sont généralement réservés à une certaine élite. Les pécores quant à eux mangent à la cantine ou sur le pouce. C’est pourquoi le métier de cuistot est lucratif pour peu que vous ayez une once de talent pour marier les saveurs.

 

Cyral Lignic

 

C’est au début du XIIème siècle que naquît Cyral Lignic dans le petit village d’Aunay-le-Donjon, dans l’Auvèrnhe du Sud. Il s’agit d’une région minière et le petit Cyral, huitième fils d’une modeste famille est promis à devenir mineur comme son père et ses sept frères. Seulement voilà, le garçon a un caractère bien trempé et ne compte pas attendre le premier coup de grisou qui l’ensevelira dans les profondeurs de la mine même s’il y travailla pendant cinq longues années.

 

C’est à la cantine de la cité minière qu’il trouva sa vocation. A cette époque, Gilles Grabouc était le tambouilleur [1] en chef chargé de la restauration des mineurs. Sa spécialité, la fricassée d’agaric en bave sur un quignon de pain bleui de moisissure. Un chef d’œuvre pour les yeux, une torture pour l’estomac. Pour Cyral, aucun doute, il voulait devenir lui aussi tambouilleur pour ne plus être obligé de grailler les immondes mixtures de la cantine.

 

Par chance, le seigneur d’Aunay l’donj’ [2] organisa un concours gastronomique ouvert à tous. La récompense était énorme car le vainqueur deviendrait le nouveau marmiton du château. Ce qui constituait une sacrée promotion sociale, il faut bien le dire.

Cyral s’inscrivit bien qu’il n’eut que neuf ans, sans en avertir ses parents. Il était le plus jeune concurrent et ses chances paraissaient limitées car il n’avait jamais pris de cours de cuisine. Qu’à cela ne tienne, l’improvisation allait devenir son maître mot et faire sa renommée à travers toute la Boule.

 

Par souci d’équité, tous les prétendants à la place de cuisinier du château avaient le même panier garni, fourni par les organisateurs du concours. La consigne qui leur fut donnée était de faire un repas complet, exquis et original à partir de ce qu’ils avaient. Toute une journée, du lever du soleil à son coucher, Cyral et la centaine d’autres braves bougres s’affairèrent à la préparation d’un repas. Ils y mettaient autant de passion que les esclaves d’Umak Donald [3].

Quand arriva le soir, le seigneur d’Aunay et son épouse s’installèrent à table et les plats leurs furent apportés. Le menu de Cyral rencontra un franc succès et c’est lui qui fût choisi. A partir de là, il commença une carrière de tambouilleur qui l’amena à œuvrer dans les plus grandes auberges, à garnir les plus belles écuelles des plus grandes tables de la Boule.

 

Malheureusement, Cyral Lignic était un illettré et il n’a jamais publié le moindre livre de recettes. Nous n’avons donc aujourd’hui aucune idée de son réel talent. Les seuls éléments dont nous disposons viennent d’articles de la revue culinaire « Les bonnes tables de la Boule » dans laquelle les auteurs parlent d’un chef créatif et inspiré mais assez irrégulier dans la qualité de ses oeuvres.

Une enquête de Jan Caillasskof dévoile aussi que Cyral Lignic aurait triché par divers procédé lors du concours mais comme le dit le proverbe : « A trop remuer la crème on finit toujours par la faire tourner ». Il n’y a pas forcément de rapport avec l’histoire mais au moins maintenant vous connaissez un proverbe awhanien.

 

***

 

[1] ça parle comme ça chez les pouilleux.

[2] ça parle comme ça chez les gens hype.

[3] ça se passe comme ça chez Umak Donald. Légendaire seigneur, grand mangeur qui avait à son service des centaines de cuisiniers, serveurs et autres sommeliers spécialisés dans les vins pétillants sans alcool.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Lud - dans Biographies
commenter cet article

commentaires

Francky (Kikojo) 02/03/2009 18:20

Ola Lud !Et moi qui croyais que c'était un bon proverbe savoyard ;o))Aïe aïe aïe, je m'absente quelques semaines de la blogo et fait exprès les copains ont triplé d'inspiration :$Je fais comment môa maintenant avec le retard ... difficile de ne pas perdre la boule ! lolTout va pour le mieux par ici, c'est le principal ;)Je cuisine, j'aime ça alors que normalement c'est Jojo le cuistot (enfin il parait... Ô qu'il est vilain le Francky !) mais comme un autre bon proverbe awhanien : "les cordonniers sont toujours les plus mal chaussés".Bon ben faut pas pousser quand même, tu connais les horaires des cuistots ? Trop peu pour bibi ;)Quant-à toi, je te décerne le balai d'or pour avoir passé la poussière sur Kikojo pendant mon sommeil :)Je (on) reviens (t) en effet avec un blog tout neuf sauf que le vieux derrière ne va pas en s'arrangeant ;o))La toque du chef n'a pas beaucoup changé depuis le XIIème siècle :)Bonne soirée et @+

Lud 03/03/2009 02:11



Eh bien tu avais un tas de choses à raconter !


Pour rattraper ton retard, une seule solution, lire. Pour éviter d'être à nouveau submergé, une autre solution, t'abonner à la newsletter.


Sinon, je ne suis pas certains d'avoir tout compris... Tu es cuistot et ta spécialité c'est la semelle de godasse au parmesan, c'est ça ?



benoitreveur 02/03/2009 16:36

excellent ..ca fait un joli "conte ironique" que je trouve super bien vu....

Lud 03/03/2009 02:01



Merci.
Ravi que tu ais aimé. En espérant te revoir sur la Boule.



zordar 16/02/2009 12:55

Les illettrés c'est les meilleurs !!

Lud 17/02/2009 01:58



Les analphabètes sont très fort aussi !



Emma VOITON 14/02/2009 20:22

ça c'est de l'ascension sociale ! et en plus à 9 ans ! Quel prodige ce Cyral ! Bravo à lui, il s'est battu pour son reve ! Mais quel emmerdeur ce Jan Caillasskof ! ya tjs des jaloux ! Bref ! encore un bel article  A++

Lud 15/02/2009 00:04



Oui le travail des enfants sur la Boule est assez courant.
Il n'y a pas que sur la Boule malheureusement...



Tata Sica 13/02/2009 15:34

Il avait raison l'petit Cyril... euh... Cyral.... on est jamais mieux servi que par soit même!Il voulait bien manger... il est devenu cuisinier ... !!!!Mais, je ne savais pas que Umak Donald Faisait déjà de l'eslavagisme à l'époque !!!Encore un super article... qui donne faim!! Bisous Lud, a bientôt!!!(Désolé de pas être venue avant:j'crois que j'ai un problème de flux!grrr...°

Lud 14/02/2009 23:56



Merci d'être venue, que ce soit maintenant, plus tard ou encore plus tard