Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Monblôg


Monblôg aime qu'on lui flatte les flancs mais aussi qu'on lui corrige l'orthographe, qu'on lui fasse des compliments, des gouzis-gouzas ou qu'on lui offre des dessins.
Attention : ça reste une bête sauvage !
Dessin de SAD.

Inspired by...






La Boule d’Awhan, vous connaissez ?

Non, ce n’est ni du vin ni du fromage…

 

C’est un monde qui s’étiole mais qui demeurera éternel grâce à la plume d’un chroniqueur farfelu, Lug-Uleth Darkhaz (dit Lud) protégé dans ses pérégrinations par Monblôg le gardien du grimoire. Un univers que je vous laisse découvrir à votre guise.

 

Bonne lecture !

 

22 février 2009 7 22 /02 /février /2009 16:09

Je garde encore un très bon souvenir de la charcuterie que j’ingurgitai lors d’une escale que je fis à Kermelen, en Breizhie orientale. Toutefois, ce n’est pas pour parler boustifaille que j’use l’encre de ma plume mais pour vous conter une légende qui concerne directement ce petit village.

 

L’Antre du Démon

 

Chapitre I :

 

Il y a bien longtemps, les bouchers itinérants étaient légions sur la Boule d’Awhan. Pas une semaine ne se passait sans que les habitants des villages, même les plus reculés, ne puissent se réapprovisionner en barbaque plus ou moins fraîche. Ces artisans vivaient alors des heures prospères et fascinaient aussi bien les jeunes gens attirés par une vie aventureuse que les donzelles excitées par l’idée de se faire étreindre dans des bras musculeux. Ainsi, il n’était pas rare que les bouchers passent la nuit en charmante compagnie dans la chambre la plus luxueuse de l’auberge du coin.

Tobo Courbrain était l’un d’eux. En fait, il débutait dans le métier après une vie de soldat mercenaire. Il s’était dit que découper de la viande sur un champ de bataille ou sur une place de village ne devait pas être bien différent et au moment de se reclasser dans la vie civile, il avait investi toutes ses économies dans une roulotte, un âne et quelques couteaux bien aiguisés. Kermelen était le premier village de sa tournée. C’est là qu’il devait rencontrer ses premiers clients et y vendre ses premiers steaks.

Or au lieu d’être accueilli par de joyeux villageois amenant avec eux une vache ou un mouton, voire une jument boiteuse, Tobo rencontra des gens aux visages inquiets réunis sur la place du village. Un corbeau croassait. Le commerçant craignait alors que les Kermeleniens ne réclament une baisse des tarifs [1]. Après s’être frayé difficilement un passage jusqu’au centre de la foule, il fut apostrophé par un vieillard édenté :

« Bien l’bonjour m’sire l’boucher.

- Bien le bonjour à vous tous ! Répondit fortement Tobo. Vous ne m’avez donc point apporté le moindre agneau à égorger pour remplir vos auges ?

- Non mais nous vous attendions m’sire, répliqua le vieillard d’une voix chevrotante. »

Ce type à la mâchoire dépourvue de dents commençait à foutre sérieusement les boules à notre ami Tobo. Il avait entendu parler de villages où la seule viande que l’on mangeait était la chair humaine de quelques voyageurs solitaires égarés. C’est pourquoi il mit discrètement la main sur le manche de l’un de ses couteaux, prêt à le dégainer pour trancher dans le lard du vieux au cas où il lui viendrait l’idée de lui sauter dessus. Puis un cri provenant du temple s’imposa à la pesante situation.

« GROUIIIIIIIIIIK !!! »

Il ne sera pas dit que les bouchers n’ont pas d’humour et même si la foule s’était mise à tressaillir d’une manière convaincante, Tobo crut à une grosse blague [2].

« Allons ! Cessons les enfantillages et passons aux choses sérieuses. C’est très gentil de votre part toute cette mise en scène pour m’accueillir de manière originale mais…

- Ce ne sont pas des enfantillages ! Coupa une voix rocailleuse. Depuis trois jours un démon hante la crypte de notre temple et nous n’osons plus y mettre un pied.

- C’est la petite Huguette la première à avoir entendu l’démon alors qu’elle priait Awhan ! Renchérit une autre personne en montrant tour à tour du doigt, le temple, une statue à la gloire d’Awhan et une petite scrofuleuse jouant à la marelle devant l’auberge du village [3]. »

Rapidement la conversation tourna au brouhaha, tout le monde avait son mot à dire sur le sujet jusqu’à ce que le boucher se lève, dominant toute la place du haut de sa carriole. Là, un silence durable s’installa. Le regard de Tobo croisa celui du vieux.

« Vous disiez m’attendre mais qu’attendez-vous de moi exactement ? Je ne suis qu’un boucher offrant des services de boucher ! Déclara t-il solennellement.

- Justement vous avez des couteaux ! Et pas des moindres à en juger par celui que vous portez à la ceinture fit intelligemment remarquer l’homme fripé par le poids des années.

- Certes mais mon métier n’est pas de chasser les démons.

- Non mais vous y contraindre ne sera pas des plus difficiles. Nous sommes prêts à vous offrir une réputation qui ruinerait votre carrière avant qu’elle ne commence.

- Ou bien ? Demanda le boucher, curieux de savoir ce qu’il pourrait gagner dans une telle affaire.

- Que diriez-vous d’une échoppe ici même à Kermelen ? J’ai entendu dire que l’commerce itinérant était de plus en plus difficile avec tous les brigands qui rôdent. Faut songer à l’avenir mon gars. »

Le marché était des plus intéressants et si Tobo ne l’avait pas accepté, nul doute qu’un autre l’aurait fait. Il sauta à bas de sa roulotte et s’empressa d’aller toper [4] dans la main du vieil homme.

« Tobo Courbrain, à votre service !

- Léonaire Groubold, doyen du village ! J’savais bien qu’vous accepteriez d’nous aider. V’nez, on va discuter d’tout ça autour d’une bière… »

Alors que les villageois commençaient à retrouver le moral et que tout le monde (ou presque) se dirigeait vers l’auberge, un nouveau cri se fit entendre, comme si le démon sentait sa dernière heure venir.

« GROUIIIIIIIIIK !!! »

 

[Léonaire Groubold, doyen ayant vécu assez longtemps pour se faire tirer le portrait]

 

Suite

 

***

 

[1] C’était monnaie courante lorsqu’un nouveau commerçant débutait sa carrière de lui demander de faire un geste commercial.

[2] Et pourquoi pas ?

[3] Il existe une autre version où la petite Huguette serait en fait une adolescente couverte d’acné qui priait non pas Awhan mais Baldakïn derrière une botte de foin accolée au temple.

[4] Coutume naine que toutes les populations connaissent. Il s’agit de frapper la main d’une autre personne pour montrer votre approbation quant à un marché quelconque.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Emma 10/03/2009 17:21

ne soit pas si fainéant !

Lud 10/03/2009 17:28



Roh l'autre eh !



Emma 10/03/2009 03:44

Trop cool ! Depuis le tps que j'attendais des histoires à suivre avec des aventures et du suspens alors là je suis servie !  C'est ce que je préfère ds ton blog pr l'instant ! En plus j'apprend des choses : la scrofuleuse (mot inconnu de mon vocab qui est maintenant enregistré avec tt son historique ! si c'est pas beau ça ! ) Je vais lire la suite tout de suite ;)

Lud 10/03/2009 17:07



Ravi de t'apporter du vocabulaire que tu pourras aisément utiliser en demandant ta baguette de pain chez le boulanger
C'est vrai que les histoires à suivre c'est sympa mais c'est aussi plus long à écrire...



Fedia 09/03/2009 17:03

Ce sont des histoires courtes bien sympathique avec la pointe d'humour qui leurs va bien !les illustrations sont marrantesbonne continuation

Lud 10/03/2009 00:29



Merci, au plaisir de te revoir.



Alice 03/03/2009 14:36

Bwarf, grouik, c'est le démon du cochon anti-boucher côté ortho"ne sera pas des plus difficiles"

Lud 04/03/2009 02:53



Oui bon puisque tout le monde a deviné la chute vous n'aurez pas la faim !
Et toc !



Tata Sica 25/02/2009 20:22

J'suis cro forte!!!!!!!!!!!Mais j'veux savoir la suite... et plus vite que ça!!! hi,hi!!Bonne soirée Lud!!

Lud 27/02/2009 02:39



La suite samedi