Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Monblôg


Monblôg aime qu'on lui flatte les flancs mais aussi qu'on lui corrige l'orthographe, qu'on lui fasse des compliments, des gouzis-gouzas ou qu'on lui offre des dessins.
Attention : ça reste une bête sauvage !
Dessin de SAD.

Inspired by...






La Boule d’Awhan, vous connaissez ?

Non, ce n’est ni du vin ni du fromage…

 

C’est un monde qui s’étiole mais qui demeurera éternel grâce à la plume d’un chroniqueur farfelu, Lug-Uleth Darkhaz (dit Lud) protégé dans ses pérégrinations par Monblôg le gardien du grimoire. Un univers que je vous laisse découvrir à votre guise.

 

Bonne lecture !

 

9 mars 2009 1 09 /03 /mars /2009 00:42

Chapitre III :

 

L’entrée de la crypte se trouvait sous une trappe juste derrière l’autel. Il faisait très sombre là dedans et avant de descendre Tobo prit soin de s’équiper d’un cierge pour pouvoir s’éclairer une fois en bas. Le boucher considérait la fosse d’un regard inquiet. Il se demandait probablement ce qu’il allait trouver dans ce sous-sol et surtout, s’il en sortirait vivant. Il était toutefois rassuré par le fait que le démon n’avait pas donné signe de vie depuis un bon moment.

Enfin, puisqu’il fallait y aller, il y alla. Il posa d’abord le pied gauche sur l’un des barreaux de l’échelle puis le pied droit. Malheureusement les échelons cédèrent un à un sous le poids de Tobo qui dégringola dans un affreux vacarme. Par chance le trou n’était pas très profond et il retomba sur ses pieds mais… le raffut avait fait sortir le monstre de son silence.

« GROUIIIIIIIK !!! »

Désormais l’homme était sur ses gardes mais avec la peur au ventre. Il avança dans le dédale des catacombes de Kermelen.

 

***

 

Pendant ce temps Au pieu d’Alucard, les villageois lançaient les paris sur les chances de revoir le brave type vivant ou d’être obligé de piéger le prochain clampin qui passerait par Kermelen pour se débarrasser de l’immonde créature qui les hante.

 

***

 

Tobo avançait prudemment dans la crypte avec dans sa main gauche le cierge allumé et dans l’autre une grosse feuille de boucher. Le sol était jonché d’ossements qui craquaient sous ses pas et rendaient l’avancée très angoissante. Il y avait un véritable réseau de couloirs sous le temple mais chose sécurisante, la sortie était indiquée à chaque croisement. Le boucher guettait le moindre indice pour trouver l’antre du démon mais faisait surtout confiance à son instinct et à la bénédiction de Gépéhës la déesse des voyageurs et explorateurs en tous genres.

« GROUIIIIIIKK !!! GRUIK ! »

Le boucher s’immobilisa. Le démon devait être tout proche de lui à en juger par la qualité sonore du cri. Il entendait des pas sur le sol, un bruit similaire à des sabots de poney piétinant les pavés d’une rue. Sans doute le démon était-il un métamorphe [1]. L’inévitable confrontation semblait se rapprocher et ne s’annonçait pas simple.

Le labyrinthe semblait terminer en un cul de sac. Une grille marquait l’entrée d’une vaste salle dans laquelle s’engouffra Tobo. Il s’agissait certainement du tombeau de l’un des premiers seigneurs de Kermelen et c’est là que le démon se trouvait. Le détaillant en viande animale pouvait l’entrapercevoir dans la pénombre et l’entendre respirer. La bête devait être l’esprit du défunt revenu hanter les habitants du village pour une quelconque raison. Lorsqu’elle chargea sans prévenir et en poussant un cri féroce, Tobo crut que sa vie allait s’achever et il cria comme une véritable Dévouée de Baldakïn en pleine transe mystique [2].

 

***

 

La pluie avait cessé de tomber soudainement sur le petit village et alors que les paris venaient de s’achever voilà ce que les habitants entendirent.

« GOUIIIIK GROUIKK AHH AHHHHA GROUIK AHHH !!! »

Ce cri mi-humain mi-indéfinissable semblait venir des entrailles de la terre. Dans la taverne, les hommes se cramponnèrent à leurs bières, dans les chaumières les femmes se cramponnaient à leur ouvrage ou au dernier chiard qui venait d’agrandir la famille.

Un homme accoudé au comptoir s’exclama :

« On dirait bien qu’on reverra pas le boucher de si tôt !

- Ouais… Encore un qu’aurait mieux fait de passer son chemin. »

Mais laissons les villageois à leurs considérations et allons plutôt nous occuper de ce qui est en train de se passer six mètres plus bas.

 

***

 

Ce hurlement était en fait celui de Tobo mêlé au féroce cri démoniaque de la bête. Le boucher avait pris ses jambes à son cou et fonçait vers la sortie tout en essayant de rassembler ses esprits. Que venait-il de déranger ? L’esprit d’un druide du temps jadis, une liche égarée, un troll des cavernes ? Pourtant non, il lui avait bien semblé reconnaître un sanglier. Oui, ça ne pouvait être que ça, il en était convaincu, un simple porc sauvage avec certes de longues défenses marmoréennes mais rien de plus. Le démon n’était en fait qu’un vulgaire sanglier pris au piège dans la crypte. L’espoir revint dans le cœur de Tobo Courbrain qui se voyait déjà triomphant.

En pleine course il fit un bond de côté pour déstabiliser la bestiole qui le chargeait et s’empara de son plus long couteau ayant laissé tombé la feuille de boucher dans sa fuite. Le cierge était toujours allumé et même si de la cire lui était tombé sur les mains, l’adrénaline du chasseur prenait le dessus sur la douleur physique. Tobo serrait les dents. Le sanglier tenta de freiner mais glissa sur les ossements concassés sur le sol et alla s’estourbir contre une statue. C’est le moment que Tobo jugea le plus opportun pour se ruer sur la bête et lui porter plusieurs estocades mortelles.

« YaaaAAAHHH CRÊVE CHAROGNE !!! »

La bataille fut donc de courte durée et le boucher affichait le sourire satisfait du héros ayant accompli son devoir. Les yeux exorbités, l’écume aux lèvres, il avait tout du féroce barbare trucidant un ennemi. Il pensa qu’une si belle prise allait lui permettre de bien remplir l’étal de sa nouvelle boucherie sur la place du village et entreprit de remonter le sanglier à la surface. Il traîna donc la bête non sans mal jusqu’à la sortie de la crypte.

Quelle ne fut pas sa stupeur lorsqu’il arriva devant l’échelle qui remontait dans la nef du temple. Il allait devoir escalader le puits mais ne voulant pas laisser sa proie, il aiguisa ses lames et découpa le « Démon ». Il remonta ainsi sa proie morceau après morceau avant de frapper à la grande porte du temple pour demander qu’on lui ouvre, ce que fit rapidement Léonaire Groubold.

« Nom d’un cerisier à poire ! Vous l’avez eu ?

- Ouais, il est sur l’autel là bas, fraîchement découpé et prêt à être assaisonner, fit remarquer non sans frimer, Tobo, le désormais boucher de Kermelen.

- Bah ça alors ! Faut qu’j’aille prév’nir les aut’es. »

Et le vieux s’empressa de traverser la place du village pour répandre la bonne nouvelle.

 

Un triomphe fut fait à celui qui devenait alors le boucher de Kermelen car même si le démon s’était révélé être un simple sanglier, Tobo Courbrain avait tout de même prouvé sa bravoure et méritait sa récompense. Et puis il fit une tellement bonne andouille avec sa prise que les villageois n’auraient pas voulu se débarrasser d’un aussi bon artisan. D’ailleurs, aujourd’hui encore le petit village de Kermelen est célèbre pour ses charcuteries de sanglier et une fois par an, on y organise la fête des andouilles [3]. Une manifestation populaire qui amène des gastronomes de toute la Breizhie.

 

FIN

 

[1] On dit que les dieux, les druides et certaines créatures d’outre-tombe sont capables de prendre diverses formes animales. C’est le principe de métamorphisme.

[2] Baldakïn, dieu de la luxure prend parfois possession du corps de ses serviteurs qui lâchent de drôles de hurlement en convulsant. C’est ce que l’on appelle la transe mystique.

[3] Les descendantes de Tobo Courbrain sont d’ailleurs régulièrement élues Miss Andouille de l’année durant cette fête.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Malek Hamadou 18/03/2009 17:56

Bravo Tobo! Un courageux boucher que voilà! Et bravo à toi pour la fin de ton histoire, j'ai bien aimé.

Lud 18/03/2009 18:21



Doit-on en conclure que tu reviens dans la partie avec une connection internet toute neuve ?

Merci, ravi que tu ais aimé ma petite histoire.



Le monde de Nilumel 12/03/2009 17:45

 
Bonjour, je viens de te décerner un prix très spécial car j'adore ton blog, original et amusant. J'adore.
Viens le chercher sur mon blog.http://nilumel.over-blog.com/
Si tu l'acceptes, tu peux le garder caché ou le montrer sur ton blog ou encore, le décerner à des blogs que tu apprécies.

Lud 13/03/2009 00:54



Merci beaucoup, le prix "Oreille de Van Gogh" est quelque chose de très sympa et le recevoir me touche beaucoup !

@ bientôt !



zordar 12/03/2009 12:56

...de l'andouille, mmm, ça me donne faim ton histoire !

Lud 12/03/2009 14:42



Mouais après je ne sais pas ce que ça vaut de l'andouille de sanglier...



Alaligne 11/03/2009 18:37

Si tu as le temps Lud...passe sur le forum de la communauté l'écriture dans tous ses états... et n'hésite pas à faire de la pub pour ton blog... je suis OKBisous

Lud 12/03/2009 00:25



Merci pour cette invitation. J'y passe dès que j'ai un moment



Tata Sica 10/03/2009 20:47

Pour le 303 ème commentaire on est félicité aussi! Non?Rooo!Mais je viens pour te dire que j'ai activé les smileys sur les coms de mon blog! Alors j'attends!!!Bisous et bonne soirée Lud!!

Lud 11/03/2009 00:27



Si bien entendu, tous mes commentairistateurs méritent des félicitations !

Pour info ton commentaire est le 305ème. Eh oui, il y en a eu deux autres sur d'autres articles