Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Monblôg


Monblôg aime qu'on lui flatte les flancs mais aussi qu'on lui corrige l'orthographe, qu'on lui fasse des compliments, des gouzis-gouzas ou qu'on lui offre des dessins.
Attention : ça reste une bête sauvage !
Dessin de SAD.

Inspired by...






La Boule d’Awhan, vous connaissez ?

Non, ce n’est ni du vin ni du fromage…

 

C’est un monde qui s’étiole mais qui demeurera éternel grâce à la plume d’un chroniqueur farfelu, Lug-Uleth Darkhaz (dit Lud) protégé dans ses pérégrinations par Monblôg le gardien du grimoire. Un univers que je vous laisse découvrir à votre guise.

 

Bonne lecture !

 

8 avril 2009 3 08 /04 /avril /2009 02:01

[L’histoire qui suit a remporté le premier prix du concours de fanfiction organisé par les créateurs du jeu de rôle par forum Edenya. Le premier prix n’était autre que la BD de Koulou, « Le Monde de Titus » spécialement dédicacé pour l’occasion. Les illustrations qui ornent ce récit sont l’œuvre de SAD. Un grand merci à tous.]

 

Chapitre 2 : Six semaines plus tard

 

Je vous passe mes errances dans les rues de Vahal en cette fameuse journée du 25 vindemia. Les boutiques de tailleurs sont fermées le 25 vindemia. Les quincailleries aussi d’ailleurs. En fait, à part les tavernes et les auberges, il n’y a rien d’ouvert le 25 vindemia. C’est un jour férié. La fête des vendanges. Pour sûr, si j’étais mort un jour plus tôt je n’aurais pas eu à le regretter. Je serai arrivé le 24 vindemia et j’aurais alors pu trouver des vêtements.

 

Enfin bon, à part ça, tout c’est ensuite bien passé. J’ai appris à découvrir les nombreuses subtilités de cette nouvelle vie qui s’offrait à moi. Et pour tout vous dire, ce fut d’abord la consternation.

« Mais y’a qu’des Elfes ici ?

- Non, il y a aussi des Eïls. » [1]

Il est clair qu’on pense sérieusement à réduire sa consommation de bière la première fois qu’on rencontre un Eïl. Imaginez, une bête poilue avec des ailes et qui parle en plus. Terrible. Effrayant même.

 

Il y a eu ensuite cette impression que l’on se moquait légèrement de moi pour ne pas dire qu’on se foutait carrément de ma gueule.

« Hein ? Mais où est mon pognon ? » J’ai vite compris qu’il valait mieux dépenser sa paie à la taverne que la garder précieusement au fond de sa poche. Les voleurs sont habiles et bien organisés. Contrairement à d’autres…

« Bonjour, c’est pour une plainte.

- Ah oui ? C’est à quel sujet ?

- Un vol.

- Ahahah ! Eh les gars, vous avez entendu ? Encore un trouduc qui s’est fait détrousser ! » J’ai rapidement réalisé que le métier de fonctionnaire, plus particulièrement celui de garde, était ici aussi gangrené par la corruption et la fainéantise.

 

Je me suis aussi aperçu que trouver du travail était plutôt facile pour ceux qui n’aspiraient pas à de trop grandes ambitions.

« Bonjour, je cherche du travail et…

- Ouais. C’est huit pièces de bronze la semaine et tu as intérêt à te remuer les miches. La serpillière est dans le placard de gauche. »

Sans vous parler du fait que monter son commerce pouvait vous valoir une place avec vue sur la mer dans le magnifique cimetière de cette charmante bourgade. Car oui, réincarné ne signifie pas immortel.

« J’te préviens, si tu m’fais d’la concurrence j’te fume dans une ruelle ! On retrouvera ton cadavre baignant dans une mare de sang. »

 

Bref, je découvrais les dessous de Vahal en priant tous les jours Gaïatanne pour que ma vie soit longue… ou brève mais sans souffrance. Je laissais également traîner mes oreilles dans les différentes tavernes du village et à mes heures perdues, je me rendais à la bibliothèque pour m’informer toujours davantage sur le monde un peu loufoque qui m’entourait. Non mais franchement, des Eïls…

 

C’est après six semaines à gambader à travers les rues, que je crois pouvoir dire que je me suis senti être un vrai Vahalien. J’avais un boulot au port, mes entrées dans les auberges les plus smart [2] et une pléiade de camarades de boissons. Je ne faisais par contre parti d’aucune guilde ou société secrète, chose importante à souligner quant à la suite des évènements.

 

Précédent

Suite

 

***

 

[1] D’après une enquête de la Guilde du Trésor Public, les Elfes représentent 76% de la population Vahalienne. (Attention, l’Eïl est une espèce protégée par Copyright et appartient aux créateurs d’Edenya).

[2] Ni le traducteur Elfe, ni les Nains de Vahal ou Liam Sobresaule n’ont pu traduire ce terme.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

SAD 11/04/2009 14:27

waou!!! cité deux fois dans le top ten des articles les plus commentés chez les passeurs de rêves!!! ça c'est la gloire pour un commentairinomane!!!

Lud 11/04/2009 15:07



Oui et il me semble même que nous avons été mis en évidence sur le portail over-blog vu la provenance de mes visiteurs.
Par contre c'est toi qui récolte le plus de commentaires alors pour un commentairinomane c'est dur à encaisser.



krismalo 10/04/2009 16:26

Est ce bien raisonnable d'arrèter sa consommation de bière à la rencontre d'un Eil? cela risque de stopper tes visions non?ce serait dommage.....krismalo

Lud 11/04/2009 01:32



Ah mais l'Eil n'est pas une halucination, c'est une bestiole que l'on trouve sur Edenya et également chez Koulou, SAD...



Tata Sica 09/04/2009 16:54

Lud 09/04/2009 17:00



Ah bah bravo !



Shéliak 09/04/2009 12:08

Salut Lud,Toujours aussi passionnant ton texte. J'adore!Le Eil de Sad est très joli, ca donnerait presque envie d'en avoir un chez soi. C'est dangereux ces bête là?Je n'aurais qu'une phrase à ajouter: la suite..........vite!!!!!!!!!!A bientôt

Lud 09/04/2009 16:28



Là on était dans la phase de présentation. L'intrigue commence au prochain chapitre.

L'Eïl peut-être dangereux, oui, tout dépend de son humeur.



Muriel 09/04/2009 08:03

bravo Lud pour tout ses histoires j'aime beaucoupj'ai reçu aussi des dessins magnifique et je sais pas si cela devait bien arriver à cette adresse ??? et depuis 3 jours impossible de te joindre au tel hi hi !!!!!bizouxxxx

Lud 09/04/2009 16:26



Si, si, c'est la bonne adresse.
Mais attention, le marin peut prendre le large à tout moment et voguer vers d'autres cieux