Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Monblôg


Monblôg aime qu'on lui flatte les flancs mais aussi qu'on lui corrige l'orthographe, qu'on lui fasse des compliments, des gouzis-gouzas ou qu'on lui offre des dessins.
Attention : ça reste une bête sauvage !
Dessin de SAD.

Inspired by...






La Boule d’Awhan, vous connaissez ?

Non, ce n’est ni du vin ni du fromage…

 

C’est un monde qui s’étiole mais qui demeurera éternel grâce à la plume d’un chroniqueur farfelu, Lug-Uleth Darkhaz (dit Lud) protégé dans ses pérégrinations par Monblôg le gardien du grimoire. Un univers que je vous laisse découvrir à votre guise.

 

Bonne lecture !

 

29 avril 2009 3 29 /04 /avril /2009 02:09

[L’histoire qui suit a remporté le premier prix du concours de fanfiction organisé par les créateurs du jeu de rôle par forum Edenya. Le premier prix n’était autre que la BD de Koulou, « Le Monde de Titus » spécialement dédicacé pour l’occasion. Les illustrations qui ornent ce récit sont l’œuvre de SAD. Un grand merci à tous.]

 

Chapitre 8 : Et au milieu coule une rivière

 

« Allez hop ! En route ! » Vint nous résonner dans les oreilles la grosse voix du Minotaure après que nous ayons plier les tentes et verser un peu d’eau sur les braises du feu de camp. Le grand moment était arrivé, nous nous apprêtions à pénétrer dans la fameuse Forêt des Songes. Celle dont tous les ivrognes et les aventuriers un peu bas du front parlaient à Vahal ; qu’ils l’aient ou non arpentée un jour. La Forêt qui a vu disparaître tant de braves types comme Brovech le Juste ou Pénowyrr Greng-Hignöl. La Forêt des Songes…

 

Oveychian prit les devants dans cette partie du voyage d’une part parce qu’il était éclaireur de formation et d’autre part parce qu’en tant qu’Elfe, la nature et les arbres, c’était son domaine. Derrière lui suivait Diding la petite fée aux ailes papillonnantes et qui n’arrêtait pas de monter et descendre comme si elle avait été incapable de suivre une trajectoire rectiligne. A force de la regarder j’en eu mal au cœur au point que je crus rendre mon dernier repas entre les racines d’un chêne centenaire [1]. Heureusement, Azgor me donna une bonne rasade de gnôle de cerise.

 

« Tiens ! Bois ça, c’est un anti-vomitif très puissant. C’est Vogalen l’alchimiste qui fait sa propre production. Il m’en a donné un flacon avant que l’on se mette en route. »

 

Ce Nain avait décidément tout ce qu’il fallait dans son sac pour mener l’expédition sans encombres. Je reconnaissais bien là le sens de l’organisation des Nains même si celui-ci n’en était pas un tout à fait comme les autres.

 

Grobil et Linel fermaient la marche et je me souviens avoir pensé que nous étions un peu comme les gardiens d’un troupeau assurant une sorte de transhumance à travers Edenya, la terre des réincarnés. Dans mes rêveries nous devions bringuebaler le Minotaure et le Faune jusqu’à un village où le boucher nous attendait avec impatience pour tailler steaks et gigots. Là-bas nous fûmes payé grassement et avec ce pécule, je revenais à Vahal pour m’acheter une bicoque où je finissais paisiblement mes jours avec quelques Elfes pour me servir et des Eils pour me limer les ongles. Tel un roi dans son palais. Un coq en pâtes. Une huître en son marais.

Une brusque bousculade me ramena à la réalité. Grobil m’était passé devant en courant, bientôt rejoins par Azgor, je vis Diding se percher sur une haute branche et je sentis Linel se cramponner à mon bras.

 

« Ah mais non ! Va t-en je ne suis pas ta mère ! »

 

Après moult efforts il me lâcha la grappe et je pus à mon tour me lancer à la poursuite de mes camarades en me demandant ce qui pouvait bien les affoler de la sorte. J’arrivai alors dans une clairière bordée par de gros arbres tordus qui laissaient à mon imagination le loisir d’évoquer des personnes torturées. J’étais bizarrement seul à cet endroit, mon pied de biche à la main, au cas où. Puis j’entendis des voix s’élever au loin. Je reconnus celle du Minotaure et en conclus donc que les Chevaliers Abscons n’étaient pas très loin de ma position.

 

« EHH OHH ! Vous êtes où ? » Hurlai-je de peur qu’on m’oublie dans cette forêt pour l’éternité. Le silence comme seule réponse, les oreilles aux aguets, je sentais la panique s’insinuer dans mes braies. Horreur. Cauchemar. Le vertige puis une sorte de magie vint me secouer les tripes. J’eus la sensation d’avoir dormi éveillé. Je marchais aux côtés d’Azgor qui ne semblait pas inquiet outre mesure.

 

« Attendez ! Qu’est-ce qui se passe ? J’ai l’impression qu’on nous jette un sort ! »

Mes camarades me regardèrent avec circonspection.

« Un sort ? Questionna l’Elfe.

- Oui j’ai l’impression de rêver éveillé. Ça ne va pas du tout ça.

- Bienvenue dans la forêt des songes Nibelund. Me répondit l’Elfe avec un air sadique. Celui dont l’esprit s’égare en ces lieux peut ne jamais retrouver son chemin.

- Qu’est-ce que c’est que cette histoire ?

- Je vois. Personne ne vous a donc prévenu ?

- Mais prévenu de quoi à la fin ? »

 

Oveychian sembla trucider du regard le Minotaure qui tenta de se défendre par une petite phrase :

« Ouais bon ça va ! On a oublié de lui parler de ça mais c’est quand même pas si grave, si ?. Et puis maîtresse Cléhalène a pas vraiment pris le temps de le préparer pour cette aventure faut dire.

- Silence ! Ne cherchez pas d’excuses, vous n’en avez aucune. »

L’Elfe tourna de nouveau son regard vers moi :

« Bon Nibelund, nous sommes dans la Forêt des Songes et vous n’êtes peut-être pas au courant mais cette endroit est enchanté. Le voyageur imprudent peut ici se retrouver à jamais enfermer dans ses rêveries c’est pourquoi il vous faut absolument ne penser à rien.

- Ne penser à rien ? Mais c’est impossible !

- C’est pourtant le seul moyen de ne pas se faire emprisonner dans un cauchemar. Et puis quand je dis ne penser à rien, c’est surtout qu’il faut éviter de se laisser submerger par le rêve.

- Très bien… Je vais essayer.

- Oui, vous avez tout intérêt. »

Juste avant de nous remettre en route, Oveychian s’adressa à l’ensemble du groupe :

« Veillons les uns sur les autres mes amis. Nous devons franchir la rivière Kar Dal Me qui coule au milieu de cette forêt avant de pouvoir nous reposer. Il y a de l’autre côté un petit sanctuaire qui permet de dormir et de rêvasser sans craindre pour nos vies. »

 

Nous nous remîmes en route et je m’efforçai de ne penser à rien mais je crois que ça aurait été plus facile de me demander d’embrasser le cul d’un Elfe. Finalement le meilleur moyen s’avéra d’engager la conversation avec celui qui semblait le mieux connaître le coin :

 

« Alors comme ça on va passer la nuit dans cette forêt ?

- Oui. Répondit Oveychian tout en marchant à pas feutrés sur la mousse et les feuilles recouvrant le sol.

- Ce n’était pas prévu au programme ça.

- Ah ? Parce que vous aviez un programme ?

- Non, c’est une façon de parler.

- Une façon de vous rassurer plutôt. Ne vous inquiétez pas, cette forêt est sûre.

- Mais je ne m’inquiète pas, vous avez l’air de bien connaître les lieux. Parlez moi donc de ce sanctuaire qui nous tiendra lieu d’auberge.

- C’est une clairière de l’autre côté de la rivière. Un endroit tout à fait charmant vous verrez.

- Une clairière… Très bien, très bien… »

 

Nous parlâmes ainsi une bonne partie de la matinée avant de nous arrêter pour un repas frugal pris sous un saule avant de reprendre la route et donc la parlotte durant tout l’après midi. Alors que le soleil commençait petit à petit à montrer des signes de fatigue, nous indiquant par là qu’il fallait penser à trouver notre refuge, Oveychian s’arrêta.

 

« Qu’y a-t-il ? Demandai-je, flairant la mauvaise nouvelle.

- Taisez-vous ! »

 

L’Elfe semblait scruter de ses yeux bleus les tréfonds obscurs des buissons environnants. En même temps, il paraissait tendre l’oreille, à l’affût du moindre bruissement. En pleine phase d’observation et d’écoute, il finit par conclure :

 

« Nous sommes perdus ! »

 

***

 

[1] A y réfléchir, c’était peut-être aussi le fait de pénétrer dans ce lieu oppressant qui me filait la gerbe. Le chêne était peut-être aussi un orme après tout qu’est-ce que j’en sais, je ne suis pas bûcheron.

 

Précédent

Suivant

Partager cet article

Repost 0

commentaires

SAD 01/05/2009 20:34

Plein de bonheur pour le premier mai... halala commentairinomania quand tu nous tiens!!!

Lud 02/05/2009 00:26



Merci, plein de bonheur aussi à toi pour ce premier mai. Chez moi c'est encore le 1er donc ça compte, merci le décalage horaire !



LEMO 01/05/2009 10:33

salut!! très chouette ton blog  !!

Lud 01/05/2009 15:37



Merci



Tata+Sica 30/04/2009 22:58

Rooo! Cette forêt des songes est bien mystèrieuse!!!J'aime beaucoup le passage où Nibelund a la sensation d'être ensorcelé...j'ai eu l'impression d'y être!!!Et puis, vivie le seigneur Vogalen qui rend bien des services! glurp!!Bisous Lud!

Lud 01/05/2009 15:37



Oui, Vogalen sait se rendre utile, en effet.
Trop bien ton smiley sorcier !

Bisous @ bientôt.



SAD 29/04/2009 10:04

j'adore la vision du gardien de troupeau!!! par contre il ne faut surtout pas faire confiance au sens de l'orientation d'un elfe!!! c'est bien trop alléatoire!!!

Lud 29/04/2009 22:30



Il y a plein de situations où il ne faut pas faire confiance aux Elfes !!!