Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Monblôg


Monblôg aime qu'on lui flatte les flancs mais aussi qu'on lui corrige l'orthographe, qu'on lui fasse des compliments, des gouzis-gouzas ou qu'on lui offre des dessins.
Attention : ça reste une bête sauvage !
Dessin de SAD.

Inspired by...






La Boule d’Awhan, vous connaissez ?

Non, ce n’est ni du vin ni du fromage…

 

C’est un monde qui s’étiole mais qui demeurera éternel grâce à la plume d’un chroniqueur farfelu, Lug-Uleth Darkhaz (dit Lud) protégé dans ses pérégrinations par Monblôg le gardien du grimoire. Un univers que je vous laisse découvrir à votre guise.

 

Bonne lecture !

 

25 mai 2009 1 25 /05 /mai /2009 02:01

[L’histoire qui suit a remporté le premier prix du concours de fanfiction organisé par les créateurs du jeu de rôle par forum Edenya. Le premier prix n’était autre que la BD de Koulou, « Le Monde de Titus » spécialement dédicacé pour l’occasion. Les illustrations qui ornent ce récit sont l’œuvre de SAD. Un grand merci à tous.]

 

Chapitre 10 : Un homme sur un tonneau

 

« WOOHOWOHOWOH !

- Aïe !

- BEEHEHH ! BEH ! Ouille !

- Humpff ! »

 

Grobil, Linel, Azgor et moi-même tombâmes les uns sur les autres comme de vulgaires sacs de céréales. Diding grâce à ses ailes et Oveychian par l’agilité légendaire octroyée par les Dieux aux Elfes arrivèrent à s’en sortir sans heurts. Nous reprîmes cependant tous nos esprits assez rapidement pour s’apercevoir que nous étions bien à l’orée du bois et que devant nos yeux, une vaste plaine semblait s’étendre comme un tapis de la grande salle de la Guilde des Tisseurs de Bonaventure [1].

 

« Bon ! Nous voilà dans la plaine tranquille, pas besoin de monter la garde cette nuit, nous allons pouvoir nous reposer. » Dit Oveychian avec toute l’assurance de ses origines lointaines.

 

Ainsi nous montâmes nos tentes et après un repas pris sur le pouce nous pûmes nous coucher pour rejoindre le pays des rêves. Malheureusement nous n’atteignîmes jamais cette nuit là les côtes du sommeil paradoxal puisqu’un évènement imprévu et pour le moins imprévisible vint nous faire sortir de nos tentes.

 

« Oh ! Les flemmards, il serait peut-être temps de vous remettre en route ! »

 

Cette voix venait du dehors. En même temps, nous étions dans la nature et cela paraissait plutôt logique que la voix vienne du dehors. Comme personne ne semblait vouloir sortir de sous ses couvertures pour braver le danger, je pris mon courage à deux mains pour aller à la rencontre du visiteur.

 

« Ah ! Je vois que l’un de vous ose sortir !

- Oui… Que nous vaut l’plaisir de votre visite ? »

 

J’avais face à moi un vieil homme barbu assis sur un tonneau. Sa barbe grise et ses cheveux neigeux éclairés par les reflets de la Lune lui donnaient un âge avancé mais sa dégaine contrastait sérieusement avec son physique. Il parlait d’une voix clair et forte mais bien qu’il fût à une certaine distance de mon nez, je pouvais sentir son haleine chargée d’effluves de bière.

 

« Faites sortir vos amis, j’ai à vous parler. »

 

Nul doute que mes « amis » écoutaient car ils sortirent sans que je n’ai à lever le petit doigt, celui-là même avec lequel je me grattais parfois vigoureusement les oreilles pour en sortir de quoi faire des bougies. Grobil s’avança de manière à être le plus en évidence.

 

« Un Minotaure, un Faune, un Elfe, un Nain de Zorg’Arul, une fée et un Nain… Oui, vous correspondez bien à la compagnie que je recherche. Vous en avez mis du temps pour traverser la Forêt des Songes…

- C’est la faute de l’Elfe ! S’empressa de dire Grobil.

- Ah ?

- Eh ouais ! Il se prend pour un éclaireur mais il est bon à rien, ajouta Azgor.

- Allons, allons, je ne suis pas là pour arbitrer vos quenelles. J’ai d’autres desseins.

- Euh… vous vouliez dire querelles non ? Demanda Linel, le grand spécialiste du vocabulaire.

- Oui pourquoi ? Ce n’est pas ce que j’ai dit ?

- Non, vous avez dit quenelles. Ce qui n’est pas du tout la même chose.

- Ah oui… peut-être…

- Non, non mais c’est sûr, vous avez dit quenelles !

- Peu importe ! Sembla s’indigner l’homme assis sur son tonneau. Comme je l’ai dit, j’ai d’autres choses à faire que d’arbitrer vos querelles !

- Je viens de vous dire que ce n’est pas ce que vous aviez dit ! Vous avez confondu quen… »

 

Agacé, Grobil tapa du poing sur la tête du Faune qui tomba dans les pommes [2].

 

« Voilà, poursuivez brave homme. Expliquez-nous les raisons de votre visite.

- Oui, je n’ai d’ailleurs pas que ça à faire donc je vais tâcher d’être bref.

- Euh… avant que vous ne commenciez votre histoire, si c’est de la bière que vous avez dans votre tonneau, j’aurai rien contre une petite chope, coupa Azgor décidément toujours dans les bons coups.

- Si c’est de la bière ? Enfin, aucun de vous ne m’a donc reconnu ? Je suis Aghlou, Dieu de la bière !

- Aghlou ! Répétions-nous tous en cœur.

- Oui, c’est moi-même. Depuis votre départ de Vahal, nous, les Dieux suivons votre parcours assez pitoyable il faut le dire et aujourd’hui alors que Prozak possède plus de trois jours d’avance sur votre fine équipe, nous avons tranché. Les Dieux à l’umaniminimi… l’unamini… enfin, bref, nous avons décidé de vous venir en aide pour le bien de ce monde. J’ai été choisi comme messager. C’est tout à fait exceptionnel et j’espère que vous mesurez bien votre chance.

- Et de quelle façon pouvez-vous nous aider ? Demanda Oveychian.

- De bien des manières, voyons, nous sommes des Dieux, tout nous est possible. Enfin, j’avoue que là, nous nous sommes surpassés. On aurait pu vous mâcher le travail mais je dirais qu’en plus on vous l’a prédigéré. Elle est pas belle la vie ? »

 

Le Dieu de la bière sortit de sa manche, comme par enchantement, un long bâton phosphorescent qui donnait à la situation un caractère des plus solennel.

 

« Savez-vous de quoi il s’agit braves Chevaliers Abscons ?

- Euh… un tube néon ? » Hasarda Grobil.

 

Tout le monde se retourna en direction du Minotaure. Aghlou écarquilla des yeux si ronds qu’on aurait cru des billes. Grobil se serait mis à rougir comme une Elfette que nous n’aurions pas été étonné.

 

« Je ne sais pas, ça m’est venu comme ça, d’ailleurs je ne sais même pas de quoi je parle.

- Nous non plus, je vous rassure. Donc aucun de vous ne sait de quoi il s’agit ?

- Il faut croire que non, intervint Diding jusque là très silencieuse.

- Eh bien j’ai l’honneur de vous remettre l’objet que vous cherchez. Nous les Dieux l’avons subtilisé dans la caverne de l’Ours dans la Vallée des Brumes.

- Alors là, on vous arrête tout de suite, nous ne cherchons pas un objet mais un fantôme. Le sceptre de Brocken pour être exact. Désolé mais nous ne devons pas être le groupe d’aventuriers que vous cherchez, dit Oveychian.

- Mais bon sang ! L’intelligence aurait-elle fuit ce groupe ? Le sceptre de Brocken est un objet ! Cet objet là ! Celui que je vous tends ! Un sceptre ! Pas un spectre ! Bordel de Dieu ! »

 

Des éclairs zébrèrent le ciel étoilé. Le Dieu était sur le point de se mettre en colère mais Azgor parvint à apaiser les esprits.

 

« Calmez-vous ! Oveychian est complètement con, ce n’est pas de sa faute, c’est un Elfe.

- Ah oui… j’oubliais… »

 

Ainsi Aghlou nous donna le sceptre de Brocken et nous demanda en échange de remplir quelques formalités.

 

« Voilà, vous signez ici et ici. Les autres Dieux voudront une preuve que le colis a bien été livré. Bien entendu, vous devrez tout raconter aux Vahaliens en leur précisant bien que les Dieux les ont sauvés de Prozak et du chaos.

- ça sera fait n’ayez crainte.

- Voilà, une petite bière pour fêter la fin de cette aventure ?

- Volontiers. »

 

Et nous bûmes une grande partie de la nuit en compagnie du Dieu de la bière, à l’orée de la Forêt des Songes, dans la Plaine Tranquille. Grâce à un parchemin de Retour Au Temple Principal, nous pûmes rentrer sans encombre [3] à Vahal.

 

 

***

 

[1] Guilde ayant tragiquement disparue dans le grand incendie qui dévasta Vahal en 39.

[2] C’est à ce moment que j’eus une idée de fin gourmet. Je me fis alors la promesse d’accompagner le prochain cabri à la broche de pommes frittent dans de l’huile bouillante. Allez savoir pourquoi…

[3] Fait assez rarissime car les parchemins de RATP sont souvent défectueux.

 

Précédent

  Suivant

Partager cet article

Repost 0

commentaires

SAD 02/06/2009 10:18

ARGARGARG... méchant PC!!!

Lud 02/06/2009 18:46



Oui, du coup je squatte les PC des autres. C'est ça être accroc.



SAD 30/05/2009 09:50

tu te fais désirer... et le dernier chapitre???

Lud 31/05/2009 15:59



En ligne ! Problème de PC, vous ne devriez pas me revoir avant juillet...



Muriel 28/05/2009 12:53

Et ben on va attendre l'épilogue alors !!! A bientot pour la suite et fin des aventures bisous cher Lud

Lud 02/06/2009 18:41



Et voilà, tu as pu lire l'épilogue !



Nilumel 27/05/2009 13:59

c'est trés drole et trés vivant! Je me suis bien amusée à te lire. A bientôt!

Lud 27/05/2009 19:34



Merci ! Bientôt l'épilogue de ce récit qui révolutionne incontestablement l'univers de la fantasy...



SAD 27/05/2009 10:21

ah oui, apparté, c'est méchant de se moquer des dyslexiques, même si c'est un elfe et qu'il mérite qu'on se paye sa tête!!!

Lud 27/05/2009 19:32



Non mais je ne me moque pas des dyslexiques, juste des gens qui ont des difficultés spécifiques et persistantes avec les mots