Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Monblôg


Monblôg aime qu'on lui flatte les flancs mais aussi qu'on lui corrige l'orthographe, qu'on lui fasse des compliments, des gouzis-gouzas ou qu'on lui offre des dessins.
Attention : ça reste une bête sauvage !
Dessin de SAD.

Inspired by...






La Boule d’Awhan, vous connaissez ?

Non, ce n’est ni du vin ni du fromage…

 

C’est un monde qui s’étiole mais qui demeurera éternel grâce à la plume d’un chroniqueur farfelu, Lug-Uleth Darkhaz (dit Lud) protégé dans ses pérégrinations par Monblôg le gardien du grimoire. Un univers que je vous laisse découvrir à votre guise.

 

Bonne lecture !

 

15 décembre 2009 2 15 /12 /décembre /2009 20:48

Malgré tout ce que l’on peut entendre sur les Nains et le fait qu’ils mangent plus souvent liquide que solide mais trop rarement de la soupe, sans quoi ils seraient plus grands, il faut voir qu’ils ont quand même des recettes traditionnelles. Et ce n’est pas aussi dégueu qu’on pourrait le croire.

 

La Tourte aux Agarics

 

Les Nains ne mangent pas de fruit. Les Nains ne mangent pas de légume. Les Nains n’aiment pas la soupe. En fait les Nains ne se goinfrent que de cochonnailles, en rillettes, en pâté, en sauciflard. Ils accompagnent le tout de bière et c’est très bien comme ça. Toutefois, quand c’est jour de fête, ils aiment bien se taper une bonne tourte aux agarics [1].

 

L’agaric est une sorte de champignon qui pousse dans les mines. Certains clans de Nains n’exploitent d’ailleurs pas le minerai, les pierres précieuses ou le charbon mais les agarics, tout simplement. C’est un champignon blanc dont on dit qu’il serait coloré s’il poussait au soleil. L’agaric ressemble un peu au rosé des prés, si prisé des Elfes, de part sa texture et son goût mais ce sont bien deux champignons différents [2].

 agaric

C’est un Nain répondant au nom de Heïm Courtibia qui est considéré comme l’inventeur de la tourte aux agarics et même s’il n’a jamais été très doué pour vanner les Elfes ou charcuter de l’Orque sur le champ de bataille, il fait aujourd’hui parti du panthéon des Nains qui pourtant, rappelons-le, est normalement peuplé de héros et de farceurs.

En fait, personne ne sait ce qui lui a pris d’étaler des champignons et des oignons entre deux couches de pâte à tarte avant de placer le tout dans le four de sa forge mais pour avoir déjà goûté à son invention, je peux certifier que ce type avait du génie. Et le génie, ça ne s’explique pas, comme le disait l’oncle du père du fils de je ne sais plus qui.

Ce Nain très curieux (certains diront cupide) connut une fin tragique après avoir essayé d’améliorer sa recette en y incorporant une autre variété de champignon. Malheureusement, après avoir mâchouillé un morceau de son œuvre pour juger de la qualité, Heïm eût toute une série d’hallucinations qui le conduisirent à la mort. Ainsi, il se jeta du haut du fjörd de Danh-Ohn en étant persuadé que sa chute serait amortie par les nuages onctueux. En vérité, il passa au travers et s’écrasa 300 tresses-de-barbes [3] plus bas. Fin du délire.

 

***

 

La recette :

 

Avant de cueillir des agarics, assurez-vous bien d’avoir l’autorisation du chef de clan. Les Nains n’aiment pas trop qu’on vienne se servir dans leurs galeries non-marchandes. Si vous avez obtenu l’autorisation, essayez de ramasser une bonne livre de champignons puis rentrez chez vous sans vous attarder. Les Nains changent assez rapidement d’avis, surtout quand le boulot est terminé, ils seraient capables de vous confisquer votre cueillette.

 

Ensuite, soit vous passez chez votre boulanger pour qu’il vous vende un bon morceau de pâte à tarte, soit vous la confectionnez vous-même. Le reste n’est pas compliqué, il suffit d’étaler les champignons, des oignons, de la cive et du persil sur la pâte, de saler et poivrer avant de recouvrir avec le reste de pâte. Vous enfournez le tout dans le four bien chaud et vous attendez que ça cuise.

 

Avant de servir, soulevez légèrement le couvercle de pâte et ajoutez de la crème fraîche et onctueuse puis refermez. Voilà c’est prêt, vous pouvez manger comme un Nain.

 

***

 

[1] Et en dessert, bien sûr, la fameuse tarte au mithril.

[2] Mik O’phil, le Gnome fondateur du Cercle Crop, a essayé d’accoupler des rosés et des agarics. Il y a bien une descendance mais qui n’est pas comestible. On en conclut donc que ce sont deux espèces différentes de champignons.

[3] Unité de mesure des Nains.

Repost 0
Published by Lud - dans Gastronomie
commenter cet article
15 mars 2009 7 15 /03 /mars /2009 00:46

Ce qui est sympathique lorsque l’on voyage beaucoup, c’est de découvrir les spécialités culinaires d’autres peuples. Enfin, dès fois ça n’a rien de vraiment sympathique… notamment quand le plat c’est vous mais ça, c’est une autre histoire.

 

Les Oreilles d’Orques

 

[Cliquez sur l'image pour entrer dans la cuisine de SAD]

Dans le nord de l’Ile Rosbif, toutes les auberges affichent sur leurs ardoises « Oreilles d’Orques » ce qui est, vous en conviendrez, un drôle de nom pour un plat. Surtout s’ils comptent vraiment attirer le chaland avec ça. Quoi qu’il en soit, je suis plutôt d’une nature téméraire et j’ai décidé un soir en m’attablant dans l’auberge Oreilles et Oreillers de découvrir ce plat typique de la région.

On m’apporta alors un délicieux gratin verdâtre accompagné d’une salade aux noix et d’un pichet de bière pour faire descendre le tout.

 

Après avoir longuement savouré ma pitance, je voulus en savoir plus sur la composition du plat et l’origine de ce nom ridicule et pas très vendeur. L’aubergiste me raconta alors que l’oreille d’orque était le nom d’une plante de la région que l’on trouve en altitude [1]. Le nom vient de la forme des feuilles qui ressemblent à des oreilles.

 

Voilà, c’est bête comme chou !

 

La recette :

 

Levez vous de bonne heure (afin de revenir avant la nuit) pour aller cueillir un plein panier d’oreilles d’orques. Ne vous attardez pas en chemin, les collines grouillent d’orques dès le coucher du soleil [2].

 

Une fois de retour chez vous, faites chauffer une marmite pleine d’eau pour y ébouillanter votre cueillette. Laissez infuser un bon moment puis égouttez.

 

Déposez quelques crêpes de blé noir dans le fond d’un plat à gratin puis une rangée  d’oreilles d’Orques. Continuez ainsi en alternant jusqu’à épuisement des stocks.

 

Pour finir, étalez sur le dessus du fromage et badigeonnez de sauce à la menthe. Enfournez et laissez le plat bien gratiner avant de passer à table.

 

Je vous conseille du bois de hêtre pour alimenter votre four afin de donner un parfum agréable à vos oreilles d’Orques.

 

***

 

[1] Le point culminant de l’Ile Rosbif, le Neb Siven, se trouve en Chardonie et mesure 1 300 mètres d’après les Hommes, 3 100 ydaeyards pour les Elfes, 8 700 peutons pour les Nains et les Gnomes.

[2] C’est un type barbu avec une belle bague au doigt qui m’a prévenu.

Repost 0
Published by Lud - dans Gastronomie
commenter cet article
9 février 2009 1 09 /02 /février /2009 00:44

Généralement, ce sont les Elfes qui mangent les fruits de la Boule, les autres espèces préférant la barbaque et les patates. Il y a tout de même des exceptions dans le régime alimentaire des Hommes.

 

Les Quetsches

 

La quetsche est un fruit charnu, une sorte de grosse prune très appréciée sur toute la Boule. Sa couleur violacée et sa taille sont à l’origine de son autre nom, la couille d’Awhan [1]. L’intérieur du fruit lui, est doré et très juteux.

 

Ce qui fait le succès de ce fruit, ce sont les vertus aphrodisiaques que nous lui prêtons. Ainsi, tout comme la Corne de Baldakïn, la croyance populaire veut que la quetsche soit une création du dieu de la luxure. On parle d’ailleurs dans certains lieux de cul(tes) branchés : des « Fruits défendus » de Baldakïn.

J’entends déjà votre question : mais alors pourquoi parle-t-on de couille d’Awhan si la quetsche est un fruit de Baldakïn ? Il est vrai que la réponse à cette question n’est pas évidente mais sans doute imagine-t-on les testicules du Dieu de la luxure encore plus imposantes…

 

Du fait que les quetsches poussent sur presque toute la surface de la Boule, on retrouve ce fruit dans de nombreuses recettes telles que la quiche aux quetsches, la tarte aux quetsches, le jus de quetsches, la volaille farcie aux quetsches ou bien encore la compote de quetsches. Cependant les véritables amateurs de fruits sont parfaitement d’accord avec les Elfes, la meilleure façon de savourer un fruit c’est encore de le manger cru.

 

Dernier point à noter, les Nains ne mangent jamais de fruits depuis La Grande Déshydratation [2] mais ils utilisent tout de même la quetsche pour produire une excellente gnole au parfum inimitable.

 

***

 

[1] Nom officieux qui n’est pas du tout apprécié par la Guilde de la Répression des Fraudes Blasphématoires.

[2] Evènement historique dont nous reparlerons.

Repost 0
Published by Lud - dans Gastronomie
commenter cet article
12 janvier 2009 1 12 /01 /janvier /2009 00:24

Lorsqu’elle découvrit les Iles du Sud et les Insulaires en 492, Philomène Braiqufloth ne pensait certainement pas découvrir un monde si différent du sien. La plus intéressante des découvertes fut sans nul doute la grande variété de fruits présente sur les Iles. Cela a ouvert de nouvelles routes de commerce et relancé une économie jusque là moribonde.

 


La Corne de Baldakïn

 

Si j’ai choisi de vous parler d’un fruit des Iles en particulier c’est parce qu’il est devenu le plus populaire de tous et ce pour plusieurs raisons. D’une part, la Corne de Baldakïn est un fruit très nourrissant qui pourrait rivaliser avec les Krichprollchs elfiques si elle se conservait mieux. D’autre part, la forme phallique de ce fruit veut que l’on attribue sa création au dieu de la luxure, Baldakïn. Il s’agit donc d’un fruit sacré… [1]

 

De forme allongée et légèrement courbe, de couleur jaune lorsqu’elle est mûre, la Corne de Baldakïn pousse en grosse grappe dans des arbres bien trop frêles pour supporter un tel poids. Il existe de nombreuses tailles de Cornes différentes mais c’est avec une grande délicatesse que le dieu de la luxure a voulu faire passer un message d’humilité aux Hommes en conférant un meilleur goût aux plus petites. Plus sucrées, moins farineuses, les Cornes naines sont les meilleures et l’on ne risque pas de s’étouffer avec. Certaines s’accommodent très bien en gratin pour accompagner un poisson fraîchement pêché et d’autres ne sont bonnes qu’à nourrir les cochons. La grande spécialité des Insulaires reste la Corne flambée à l’alcool. Un dessert très prisé par les pirates en tous genres.

 

Violettes, roses ou vertes avant de mûrir, les différentes variétés de Cornes de Baldakïn possèdent une particularité fortement intéressante pour les négociants : elles peuvent achever leur mûrissement sans nécessairement rester accrochées à l’arbre. Ainsi les navires de commerce peuvent parcourir des zhloums [2] avec ces fruits dans leurs cales.

 

Enfin, il n’est pas possible de faire un article sur ce fruit sans parler de la bataille qui opposa les Compagnons de la Corne aux féroces Orques sur la colline Kazhg-Heul.

Une cinquantaine d’années après la découverte des Iles du Sud, le commerce de la Corne et autres fruits des Iles battait son plein. De nombreux comptoirs avaient été créés ainsi que quelques compagnies de commerce. Dans le nord de l’Ile Rosbif cependant, cette activité dérangeait beaucoup les Orques qui par une belle nuit étoilée vinrent assiéger la colline Kazhg-Heul, là où se trouvaient les entrepôts des Compagnons de la Corne et le plus gros stock de fruits jamais rassemblés en un même lieu.

Au petit matin, lorsque les habitants de la colline se découvrirent encerclés, la panique les gagna. Heureusement pour eux, ils avaient des vivres pour tenir le siège très longtemps et c’est ce qui fut fait. De colère, les habitants avaient pris l’habitude de lancer leurs détritus en direction des assaillants et sans le savoir, c’est ce qui allait les sauver.

En effet, lorsque les Orques donnèrent l’assaut après des semaines d’attente, ils se rompirent tous le cou, les uns après les autres en glissant sur des peaux de Cornes de Baldakïn. Dès lors, il ne pouvait plus y avoir de doutes sur le caractère sacré de ce fruit et une grande cérémonie fut donnée en l’honneur du dieu et de ses fruits salvateurs.

 

La Bataille de Kazgh-Heul par SAD

***

 

[1]…ment sucré.

[2] Unité de mesure marine la plus grande. 1 zhloum = 17,6 pazlacs.

Repost 0
Published by Lud - dans Gastronomie
commenter cet article