Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Monblôg


Monblôg aime qu'on lui flatte les flancs mais aussi qu'on lui corrige l'orthographe, qu'on lui fasse des compliments, des gouzis-gouzas ou qu'on lui offre des dessins.
Attention : ça reste une bête sauvage !
Dessin de SAD.

Inspired by...






La Boule d’Awhan, vous connaissez ?

Non, ce n’est ni du vin ni du fromage…

 

C’est un monde qui s’étiole mais qui demeurera éternel grâce à la plume d’un chroniqueur farfelu, Lug-Uleth Darkhaz (dit Lud) protégé dans ses pérégrinations par Monblôg le gardien du grimoire. Un univers que je vous laisse découvrir à votre guise.

 

Bonne lecture !

 

14 février 2009 6 14 /02 /février /2009 15:34

Contrairement aux Elfes, les Nains sont présents dans pratiquement toutes les villes où l’on peut commercer que ce soit sur ou dans la Boule d’Awhan. Ils exercent ça et là généralement les métiers de taverniers, d’aubergistes, de forgerons, de mineurs ou d’orfèvres et sont prêts à vous parler de l’histoire de leur fier peuple pour peu que vous soyez enclin à leur offrir une bière ou leur acheter ce superbe anneau dont vous rêvez depuis votre plus tendre enfance.

C’est d’ailleurs en m’offrant une broche de mithril sertie d’obsidienne que j’en appris un peu plus sur les idées des Nains concernant la création du monde. Je dois dire aujourd’hui que les similitudes avec la pensée des Elfes sont plus nombreuses que je ne l’aurais pensé.

 

III – La version naine (n’est pas forcément la plus courte)

 

Les seules traces écrites des notions de génoise du monde sont l’œuvre des Nains et se trouvent gravées sur un set de table en os de dragon intitulé Génoise des Eléments [1], aujourd’hui conservé dans la grande caverne de Sangrilla. Objet de curiosité  pour tous les savants, il existe des reproductions de cet artefact dans de nombreux temples, bibliothèques et autres lieux d’érudition sous diverses formes (rouleaux de parchemins, livres, peintures rupestres…) et traduit dans de nombreuses langues.

On estime aujourd’hui qu’il a fallu les carcasses d’une bonne douzaine de dragons pour confectionner cet ouvrage et la laine de cent troupeaux de yaks pour relier les différents os entre eux [2]. Le résultat est saisissant puisque la Génoise des Eléments regroupe de nombreux traités d’architecture, de médecine, d’alchimie, des lois mathématiques indiscutables, des théorèmes de géométrie aujourd’hui encore reconnu pour leur exactitude et une version de la création  qui se veut universelle et qui n’implique à aucun moment les dieux. Précisons toutefois que la vie spirituelle des Nains est très développée mais qu’ils ont leur propre panthéon constitué exclusivement par des Nains décédés dans des circonstances héroïques, ayant réalisé de grands actes de bravoure ou de bonnes vannes envers les elfes.

 

Dans la philosophie douharvinienne [3], il existe une évolution logique de l’univers à travers Huit Eléments pour expliquer la formation de la Boule d’Awhan.

Au début, tout n’était fait que de Roche, l’enveloppe protectrice de toutes les choses précieuses et fragiles. Aucun être vivant, pas même un Elfe ne se trouvait à la surface du Globe. C’est un changement lent et subtil dans l’orientation de la galaxie par rapport au Grand Astre Solaire qui fit naître le deuxième Elément, le Vent. A partir de là, la grande érosion commença et petit à petit l’Eau fut libérée des entrailles de la Boule d’Awhan pour former les lacs, les rivières, les fleuves et les océans. Les Nains sont tous d’accord pour dire que c’est à partir de la libération du troisième Elément que la vie fit son apparition, les méduses étant alors les premiers animaux à peupler le monde puis progressivement le règne aquatique se développa, évolua et colonisa les continents. Ainsi d’après eux nous sommes tous des descendants des méduses ayant subi d’importantes évolutions au fil des millénaires. C’est ce qu’ils appellent la Théorie de l’Evolution et c’est ce qui les oppose frontalement aux Elfes.

L’Eau n’a pas amené que les bêtes à se développer mais également la végétation, les fleurs, les arbres et donc, un nouvel Elément, le Bois. Outre le fait que celui-ci permit à la faune de ne pas crever la dalle, il est à l’origine directe des cinquième et sixième Eléments, la Foudre et le Feu. En effet, les arbres les plus forts puisant énormément d’eau avec leurs racines devinrent si grands qu’ils en chatouillèrent le ciel qui dans un excès de plaisir laissa jaillir toute sa puissance à travers le premier éclair. Cet évènement imprévu, inhabituel et à caractère tout à fait exceptionnel embrasa une forêt [4] donnant ainsi naissance au Feu et au charbon de bois. L’incendie se propagea à travers toutes les contrées de la Boule d’Awhan fertilisant ainsi la Terre, qui devint un Elément à part entière. Probablement même le plus important des Eléments car la Terre est nourricière de toute forme de vie végétale ou animal, aquatique ou terrestre. La légende ne s’arrête pas là puisqu’il reste encore à parler du huitième Elément, le seul à avoir été façonné par des mains, potelées certes, mais des mains tout de même, j’ai nommé, le Métal. Dès qu’ils réussirent à se redresser sur leurs deux jambes, les Nains, sans doute en raison de leur petite taille, explorèrent (presque par réflexe) les profondeurs du monde. Ils découvrirent dans un premier temps le minerai de fer puis l’or et l’argent, bien plus intéressant puisque brillants de mille éclats.

C’est un long processus, dont ils veulent encore conserver aujourd’hui le secret, qui les amena à obtenir ce qu’ils ont appelé Métal et qui se décline sous plusieurs formes. Certaines croyances parlent d’un pacte avec Awhan en personne qui leur aurait donné le secret de la forge en échange d’un renoncement total à la magie. Après avoir accepté cet arrangement, les Nains auraient eu des remords car tout l’or du monde ne vaut pas le plaisir d’occire une meute de gobelin en lançant une boule de feu. Pour se venger, ils jurèrent de ne jamais honorer les dieux véritables et vouèrent même un temps, un culte aux pièces d’or.

Voilà, c’est ainsi que s’est formée la Boule d’Awhan, le Globe, Yddaear, notre monde, quelque soit le nom que vous désiriez lui donner, selon la pensée des Nains.

 

La Roche est à la base de tout, les Nains en sont les serviteurs et le Métal en est leur plus beau fils.

De cette manière se termine la version naine qui vous en conviendrez à le mérite d’être teintée de philosophie et de ne pas chercher querelles à qui que ce soit pensant autrement.

 

***

 

[1] Il est impossible de dater de manière fiable cet artefact même si l’on peut affirmer qu’il a fallu attendre la mort du dernier dragon avant de réaliser un tel objet sans quoi ça aurait sérieusement tremblé dans les chaumières.

[2] Il est difficile de mettre tout le monde d’accord sur ce sujet. Certains vont même jusqu’à prétendre qu’il s’agirait de vulgaires os de lapins. Enfin, ça en ferait du lapin !

[3] De Douharvïn, Nain grand défenseur de la Théorie de l’Evolution.

[4] Il s’agirait de la Forêt Noire d’après la légende. De plus, le sous-sol riche en charbon prouve qu’il y a bien eu un grand incendie à une époque très éloignée, en ce lieu.

Repost 0
Published by Lud - dans Origines
commenter cet article
30 janvier 2009 5 30 /01 /janvier /2009 01:33

Maintenant que vous connaissez la vérité sur l’origine du monde, si cela vous intéresse, il est tout à fait possible de poursuivre votre lecture avec une tout autre version ; celle des Elfes. Attention toutefois à ne pas vous endormir sur votre table avec le chandelier allumé, un accident est si vite arrivé.

J’ai eu connaissance de cette version de l’origine du monde lors de ma première et unique visite à Galberiane, la régente des Elfes de la forêt bleue. Pour tout vous dire, j’ai failli m’endormir à maintes reprises durant son récit abracadabrantesque.

 


II – La version elfique

 

Pour les Elfes, il est inconcevable de penser que le monde s’est fait en un jour et il est encore plus improbable que d’hypothétiques dieux aient pris part à cet évènement. Ce sont de parfaits incroyants, estimant que tout à une explication que la nature est prête à révéler à qui saura l’écouter. D’ailleurs, les Elfes les plus radicaux refusent même la dénomination commune de notre monde préférant utiliser le simple nom de Yddaear. A croire qu’on ne vit pas dans le même monde.

 

Ils ne réfutent pas pour autant l’implication de la magie dans la création du monde. Au contraire, elle est même au centre de leurs convictions puisque eux-mêmes sont de grands lanceurs de sorts. En fait, il faut dire les choses sans enrobage, les Elfes pensent être les descendants directs du créateur de la Boule d’Awhan. Théorie qui n’est pas pour modérer leur ego démesuré et leur arrogance envers toutes les autres espèces peuplant le monde. C’est sans doute aussi pour cela qu’ils vivent reclus dans les forêts et que rares sont ceux qui comme moi ont été jugés aptes à les rencontrer.

 

Enfin, assez pavoisé, il est temps d’entrer dans le vif du sujet et de vous faire le récit de la légende de Yddaear selon Galberiane.

« Tout commence avec la foudre, le vent, l’eau, le feu et le bois. Ce sont là les cinq éléments qui constituent notre monde et si l’on y regarde d’un peu plus près, ce sont les dominantes des cinq écoles de magie elfique. Ce serait à partir de la maîtrise de tous ces arcanes que Yddaear aurait façonné la Boule d’Awhan à son idée. Avec le bois, il créa les forêts, les fleurs, les potagers. C’est par la foudre et l’eau qu’il maîtrisa le feu et développa ainsi la gastronomie [1], puis il construisit une première forge, le Puy-des-Orfèvres pour que les Tarl’houz [2] puissent se parer de somptueux bijoux. C’est enfin en apprivoisant le vent que Yddaear fit don au monde de son plus bel atout, la musique et par la même, la parole pour tous les êtres vivants, la poésie, le chant et le bruit des gouttes d’eau tombant sur les feuilles d’arbres dix fois centenaires.

Bien entendu, ce ne fût pas chose aisée de devenir un expert dans tous ces domaines et cet Elfe des temps anciens consacra toute sa vie au savoir. » Ce n’est pas rien, quand on sait que ceux-ci ont une longévité bien plus développée que les hommes au point que certains d'entre eux peuvent atteindre un millénaire d’existence. « A partir de la connaissance absolue des Cinq Eléments, Yddaear a pu façonner toutes les choses du monde que nous connaissons. »

 

Toutes les choses ? Pas vraiment en fait car il y aurait des loupés dont le peuple elfique n’aurait pas à se vanter comme les maladies, les armes, les monstres… Mais pour toutes ces atrocités, vous vous doutez bien qu’il existe des réponses. Les hommes et la façon dont ils mènent leur existence ont engendré les maladies les plus vicieuses ; les nains et leur avidité se sont vus creuser trop profond sous les montagnes et libérer toutes sortes d’aberrations singulières et taciturnes et cætera, et cætera… Quant à l’esprit belliqueux caractérisant à peu près tous les peuples awhaniens, il les a amené à détourner la fonction première de cette belle invention qu’est la forge pour fabriquer des armes et guerroyer.

 

Ainsi donc, d’après les Elfes, nous leur devons toutes les bonnes choses de la vie mais par notre petitesse d’esprit nous souillons ce présent qui nous a été fait par Yddaear et ne méritons pas la moindre attention dans notre agonie. Les Elfes attendent que nous périssions tous dans le grand chaos car ils n’ont aucun doute là-dessus, c’est bien là notre avenir.

Toutefois, en étudiant la version elfique, on s’aperçoit que selon eux, Yddaear est le créateur de la Boule d’Awhan, soit, mais qu’en est-il de la création de l’univers ? Voilà une question qui je trouve ébranle quelque peu le mythe et même si elle m’a value une sortie à coups de bottes dans l’arrière-train du palais de la régente de la forêt bleue, j’en suis encore fier aujourd’hui.

 

Suite

 

***

 

[1] Les fameux Krichprollch, le pain de voyage doré au four dont une bouchée suffit à nourrir un honnête homme pour une journée, seraient de son invention.

[2] En langage elfique, Tarl’houz signifie Elfe.

Repost 0
Published by Lud - dans Origines
commenter cet article
2 janvier 2009 5 02 /01 /janvier /2009 12:41

Il est avant toutes choses nécessaire de commencer par les préliminaires.

Klâla Molghane, Grande Dévouée de Baldakïn

 

Origines (1)

 

Avant de partir en compagnie d’aventureux personnages sillonner les mers et terres de la Boule d’Awhan, il est important que vous sachiez où vous mettez les pieds et la lecture de ce qui suit est donc fortement conseillée.

 

I – L’origine du monde (la vraie version)

 

Au commencement il n’y avait rien, hormis des dieux qui flottaient comme ça dans le vide intersidéral. Rapidement l’ennui se fit sentir car flotter dans le vide, c’est classe mais c’est chiant à la longue. Ainsi les dieux se concertèrent pour trouver un moyen de se divertir et il fut décidé qu’il fallait tuer l’ennui par le jeu. Mais quel jeu ? Toute la question était là.

 

Ce qui poussa les dieux à opter pour la pétanque n’est pas bien connu de nous, pauvres mortels [1] mais il est clair que c’est bien ce jeu qui a été choisi et qu’à partir de ça l’univers fut créé lors d’un grand tournoi en doublette. Dans chaque galaxie, deux paires de dieux s’affrontaient en lançant chacun trois boules le plus près possible du soleil. La première équipe à treize points gagnait le droit de disputer la manche suivante.

 

Les faits qui nous intéressent se sont déroulés lors de la finale de ce tournoi qui opposait l’équipe de Baldakïn et Radchô, respectivement dieux de la luxure et de l’économie à celle de Alathyr dieu du vol et Awhan dieu de la force magique.

Alors que les deux équipes étaient à égalité et que se jouait le point du match, tout semblait laisser croire que la première équipe susmentionnée allait s’imposer. Il ne restait qu’une boule à Awhan et il devait réaliser un carreau sur celle de Radchô pour triompher. Autrement dit, le coup était quasiment impossible à faire. D’autant plus que dans ce duo, le tireur n’était autre que le coéquipier du dieu de la force magique, Alathyr qui avait déjà utilisé toutes ses boules.

Pourtant, contre toutes attentes, l’impensable se produisit. Certes, pour cela Awhan usa de magie pour insuffler à sa boule un effet spécial et il est encore considéré aujourd’hui comme un tricheur [2] mais il faut voir que ce coup ne changea pas que l’orientation d’une vulgaire partie de pétanque. Lorsqu’elle vint s’écraser sur celle du dieu économe la boule d’Awhan la brisa en une multitude de morceaux et tournoya sur elle-même. Cette inertie entraîna une mise en orbite des autres boules présentes. L’une d’elles vint percuter de plein fouet le soleil et c’est alors qu’une fantastique explosion de matière secoua l’univers. Les dieux s’évanouirent et à leur réveil, la vie s’était répandue sur la Boule d’Awhan autour de laquelle les autres gravitaient y compris le soleil.

Voilà la vérité sur l’origine du monde. Awhan en est le créateur et occupe ainsi une place prépondérante au panthéon.

 

Certes ce récit est contesté par quelques peuplades obscures ou trop éclairées pour diverses raisons, par les prêtres et les fanatiques également, estimant que les autres dieux durent avoir un rôle plus important dans la création du monde [3]. Mais aujourd’hui, alors que la tendance est plus tournée vers une adoration d’un Dieu Unique [4], cette version est devenue pour beaucoup la plus vraisemblable et séduisante.

 

 

Suite

 

[1] Les voies des divinités sont impénétrables. Notons que la pétanque est devenu le jeu sacré permettant de rendre hommage aux dieux chaque jour de culte.

[2] Chose encore controversée par les écoles de magie car les règles du tournoi n’étaient probablement pas claires sur ce sujet. Quoi qu’il en soit, depuis cet évènement, Alathyr et Awhan se partagent les attributs du dieu de la triche.

[3] Les religieux craignent en fait la colère des autres dieux et que s’abattent sur la Boule les 179 plaies divines.

[4] L’évolution des mœurs amène à penser qu’il serait plus pratique de n’avoir qu’un dieu à prier. Cette idée neuve se fait petit à petit une place de choix.

Repost 0
Published by Lud - dans Origines
commenter cet article